La gestion du temps : Série hebdomadaire

Comment dire « non » et refuser une demande ?

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Le temps est une notion centrale en management. Dans cette série hebdomadaire, Jean-Marc Pairraud vous donne ses conseils d'expert en matière de gestion du temps, notamment dans le milieu professionnel. Vous aborderez des notions, des préceptes ainsi que des méthodes permettant d'accroître votre performance et votre efficacité à long terme. Chaque semaine, vous découvrirez comment agir sur le temps et transformer cette contrainte temporelle en véritable ressource.
04:19
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Bonjour à tous. Le conseil de la semaine en management du temps, c'est ici et maintenant. J'ai pour habitude de dire que même s'il y a peut-être plus de noblesse à donner qu'à prendre, si nous ne faisons que l'un ou que l'autre, un déséquilibre se crée. Il faut donc parfois savoir prendre. Il faut donc parfois savoir penser à soi. Il faut donc parfois savoir dire non. Pour certains individus, savoir dire non demande un effort considérable. Généralement, lorsque nous ne sommes pas capables de dire non, se dissimule en arrière-plan une peur. La peur de l'abandon, la peur de l'échec, la peur de décevoir sont des exemples parmi tant d'autres. Placez-vous à présent de l'autre côté du miroir. Vous déléguez régulièrement un travail peu plaisant à un collaborateur. Celui-ci a pour habitude d’accepter. Cela dure depuis maintenant plusieurs mois. Comment réagiriez-vous si ce collaborateur se décidait à refuser subitement cette tâche aujourd'hui ? Vous le prendriez sans doute mal. Actuellement, de nombreuses personnes se trouvent à la place de ce collaborateur, notamment avec leur hiérarchie. Cela peut amener une surcharge de travail, un dépassement des délais, de mauvais résultats, sans oublier une augmentation du stress. J'ai également pour habitude de dire que pour jouer des jeux de domination-soumission, il faut deux joueurs. À partir du moment où l'un des deux joueurs refusent de jouer, le jeu s'arrête. Cela demande d'aller chercher ses peurs et résulte parfois sur un travail sur soi conséquent. Il nous faut remonter le temps, trouver les origines de nos peurs. Savoir dire non, c'est comprendre ses besoins, connaître ses limites. Nous avons tous des limites. C'est d'ailleurs pour cela que nous avons peur. Pourquoi au juste aurions-nous peur de dire non ? Par crainte d'une colère supposée, ou même réelle ? Cette colère ne nous appartient pas, ne la craignons pas. Si nous acceptons la demande d'un collègue par peur de représailles, alors que nous manquions de temps, nous finirons par le décevoir et cela justifiera, voire accentuera ces représailles. Savoir dire non, c'est donc s'affranchir de ses peurs afin de se respecter et respecter les autres. Sur un plan plus technique à présent. Savoir dire non est une compétence qui s'apprend. Tout d'abord, partez du principe que vous ne dit pas non à une personne mais à une requête, à une demande. Cela revêt une importance. Nous ne disons pas non à l'être, à la personne, mais au faire, à l'acte. Vous permettez ainsi à vos collaborateurs de ne pas prendre les choses personnellement. Ils ne sont ainsi pas tentés d'entrer dans un jeu pour se protéger. Ensuite, travaillez votre fermeture. Nous ne pouvons être crédibles en refusant une demande avec un grand sourire, les mains ouvertes. Travailler sa fermeture, c'est d'abord une voix ferme, forte et décidée, et une gestuelle appropriée. Il est bon de donner un argument pour expliquer son refus, et un seul. Vous ne voulez pas perdre votre crédibilité. Si votre collaborateur insiste, utilisez la méthode du disque rayé en répétant votre message. « Je suis désolé, je ne peux pas accepter ta requête. J'ai un dossier à préparer qui me prendra à tout l'après-midi. » Pas besoin d'en faire plus. La personne doit s'apercevoir qu'elle vous dérange. Savoir dire non est un grand signe de confiance en soi. Si vous en manquez, marquez une étape transitoire. Reportez votre réponse de cinq minutes, le temps de sortir de l'émotion, de réfléchir, ou bien dans un premier temps, négociez un délai ou tout élément de la requête. En apprenant à dire non lorsque c'est nécessaire, nous nous accordons la maîtrise de notre temps.