Nous mettrons à jour notre Politique de confidentialité prochainement. En voici un aperçu.

Organisation et traitement d'images : Série hebdomadaire

Comment créer une planche contact avec InDesign ?

Testez gratuitement nos 1344 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Tous les vendredis, avant de partir en week-end, suivez les astuces d'Yves Chatain pour les photographes ! Dans cette série hebdomadaire, vous verrez des fonctions analysées en organisation et en traitement d'images, pour progresser ou vous faire plaisir. Vous aborderez également des fonctionnalités cachées, ou parfois un simple accès rapide à quelque chose qui semble complexe. Cela concernera les logiciels de traitement d'images comme Photoshop ou Lightroom, ou d'organisation des images comme Bridge. Vous découvrirez aussi des astuces concernant votre système d'exploitation, ou tout ce qui est utile pour vous aider ou vous amuser !
05:43
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Bonjour et bon vendredi ! Je vais revenir sur une fonction qui permet de réaliser des planches contact, souvenez-vous ? Pour ceux qui utilisent « Photoshop » depuis longtemps, c'était dans « Photoshop » qu'on pouvait réaliser des planches contact, et puis, tout d'un coup cela a disparu, c'est devenu dans « Bridge », « Bridge C5 » et « Bridge C6 », et à nouveau, ça a disparu de « Bridge » pour revenir dans « Photoshop ». Alors, dans « Photoshop » c'est très simple, il suffit de faire la chose suivante : on vient dans le menu Fichier, on demande « Automatisation » « Planche contact », et on arrive sur un panneau très bien fait qui va nous permettre de choisir un dossier d'image, d'inclure les éventuels sous-dossiers et au passage, petite astuce, de regrouper les images dossier par dossier. Ainsi, une planche correspond aux images d'un dossier, une autre planche d'un autre dossier et puis, on va définir la dimension du document. Notez au passage qu'il est astucieux de prévoir un document moins large que ce que vous voudrez parce que les images vont se mettre sur toute la planche, il sera donc judicieux, dans un deuxième temps, de recréer une marge dans « Photoshop ». Ensuite, on installe les images sur un nombre de colonnes, un nombre de rangées choisies et puis, on va pouvoir tout simplementn lui demander de créer cette planche contact. Notez que c'est une action qui va demander pas mal de travail puisque chaque image devra être ouverte, réchantillonnée et repositionnée, ce qui va prendre un petit peu de temps et surtout autre inconvénient, et non des moindres, si votre nombre d'images nécessite d'avoir plusieurs planches, elles seront créées dans des fichiers indépendants. Alors que « Bridge », lui, proposait un unique fichier en PDF, ce qui était, évidemment, très astucieux. On va voir comment pallier à ce problème, tous simplement, en allant dans « InDesign ». Voilà les planches réalisées, mais comme vous pouvez le constater, dans trois fichiers différents. Je bascule maintenant directement dans InDesign, et InDesign est un logiciel vectoriel, bien entendu et on va voir que la création des planches va être beaucoup plus rapide. Tout d'abord, on a une page et ce qui est intéressant, c'est que quand on crée un nouveau document dans InDesign, on détermine d'emblée des marges. Ces marges vont être des zones dans laquelle l'image ne s'installera pas, donc, on aura automatiquement la possibilité de définir nos images, uniquement dans la zone de marge. Deuxième chose, pour voir créer ces planches contact, il va falloir aller à travers un menu qui est dans le menu Fenêtre, puis Utilitaires et enfin Scripts. Les scripts ne sont pas les scripts que vous avez pu connaître dans « Photoshop » qui s'appellent maintenant des actions, mais des scripts écrits dans un langage de programmation. On les trouvera d'ailleurs dans un dossier qui s'appelle Application, puis Exemples, « Samples » en anglais et enfin, en visuel basique sur PC ou un Java Script dans les deux cas. Je vais ouvrir le dossier Java Script et dans ces dossiers, je veux retrouver plusieurs scripts dont celui-ci qui s'appelle « Image Catalog ». Il m'intéresse particulièrement, je vais le lancer par un double clic et il me permet d'aller localiser, ici, un dossier d'images, mon dossier est bien localisé ici, je vais cliquer sur Ouvrir et j'arrive sur un panneau globalement similaire à celui de « Photoshop ». Je peux lui demander le nombre de rangées que je veux, mais également le nombre de colonnes, par exemple, 5 par 6, je vais pouvoir définir le positionnement des images dans les blocs et je vais pouvoir également demander ou non de mettre une légende de photo qui peut être le nom du fichier ou toute autre information que l'on pourra aller chercher éventuellement dans les XMP, dans les métadonnées. On va pouvoir également créer quelque chose de très intéressant, ce qu'on appelle « Feuille de style » et je vous conseille de le faire, vous allez voir pourquoi. Je vais demander pour cela de créer une feuille de style qui va prendre le nom de Labels, et puis éventuellement de la mettre sur un calque spécifique, et non pas sur le calque des images. Quand vous avez cliqué sur ce bouton, vous allez voir qu'en une seconde, la mise en page se construit avec les différentes pages intégrées. En effet, si je clique sur ce bouton, dès que le document m'indique qu'il a terminé, je retrouve bien les trois pages de mise en page. Je peux fermer mes scripts et je pourrais dorénavant enregistrer ce fichier en PDF, mais je m'aperçois qu'il y a un problème ici. Le corps utilisé pour les légendes est trop grand, le petit + me le montre. C'est l'intérêt d'avoir fait, d'une part des calques qui me permet de masquer éventuellement les légendes ou non, mais d'autre part, d'avoir créé une feuille de style. Même si vous n'êtes pas habitués aux feuilles de style, vous allez voir que dans le menu Fenêtre, si vous allez dans le panneau Style et style de paragraphe, vous allez retrouver ici un style qui s'appelle « Labels ». Si vous venez sur le nom d'une photo et je vais donc zoomer dessus pour voir ce qui se passe. Je ne vois pas le nom entier qui est trop long. Je demande de tout sélectionner dans le menu « Édition », « Tout sélectionner », et je vais tout simplement réduire le corps du texte pour qu'il rentre. Si je considère que maintenant, il rentre bien, que je veux même le centrer, je vais pouvoir le faire évidemment mais il faudra les réporter sur toutes les images, c'est l'intérêt du style Labels pour lequel je vois tout au bout un +. Je vais faire un clic droit sur ce + pour lui demander de le redéfinir avec ce que j'ai défini actuellement et je vois ainsi que toutes mes cellules se repositionnent avec le même texte. Si je préférais le mettre dans une autre graisse, par exemple, si je trouve une autre police de caractère ou autre, je pourrais le faire sans aucun problème. Je me mets, par exemple, sur Lucida Grande qui du coup devient plus grand, je le réduis ici, je veux en changer la couleur sans aucun problème, je fais un clic droit sur le +, je demande de redéfinir le style et comme vous pouvez le constater, si je remets ma page à l'écran, j'ai bien changé le texte sur chacune des vignettes. On va pouvoir visualiser éventuellement les planches contact à travers ce menu en cliquant sur le petit bouton tout en bas, je passe dans le mode Présentation et je vois ma planche en une, en deux et en trois pages, avec la touche ESC je ressors. Il me suffira tout simplement de demander d'exporter mon document et de l'exporter au format PDF. Ainsi, j'aurais créé un document multipage pour ma planche contact. On peut demander au passage d'afficher le PDF après l'exportation, ce qui permet de construire le fichier et dès qu'il est terminé, de l'ouvrir devant mes yeux. J'ai bien cette planche contact qui contient, comme vous pouvez le constater ici, les trois pages qui sont demandées. Je vous dis maintenant à vendredi prochain !