Organisation et traitement d'images : Série hebdomadaire

Comment changer la taille et la dureté des pinceaux dans Lightroom ?

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Suivez les astuces d'Yves Chatain pour les photographes. Vous verrez des fonctions analysées en organisation et en traitement d'images, pour progresser ou vous faire plaisir. Vous aborderez également des fonctionnalités cachées, ou parfois un simple accès rapide à quelque chose qui semble complexe. Cela concernera les logiciels de traitement d'images comme Photoshop ou Lightroom, ou d'organisation des images comme Bridge. Vous découvrirez aussi des astuces concernant votre système d'exploitation, ou tout ce qui est utile pour vous aider ou vous amuser !
06:11
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Un vendredi comme un autre ? Et non, le dernier vendredi, la cinquante-deuxième séquence qui vous est offerte un vendredi, arrive aujourd'hui. Nous allons faire, ici, un petit rappel sur des fonctionnalités de « Lightroom », qui montre bien les différentes possibilités que l'on a. Quand on travaille dans « Lightroom », on peut travailler sur des réglages globaux. On va pouvoir jouer sur une température de couleur globale, on va pouvoir jouer sur une exposition globale, mais, on peut, également, jouer localement, bien entendu. Je vais commencer par masquer tous mes panneaux, en faisant « Majuscule Tabulation », y compris les outils, en appuyant sur « T » comme Tools. Et, je vais appliquer l'affichage du panneau de droite, qui est le seul qui m'intéresse. On va travailler, maintenant, en local. Et, vous le savez tous, certainement, il existe ce dégradé, depuis longtemps, qui permet de faire, en glissant, une zone de dégradé, pour un réglage. Ce réglage peut être un réglage à différents niveaux. Nous pouvons jouer sur le curseur de sous-exposition ou de sur-exposition. et même, sur le cumul de tous les curseurs qui sont situés en dessous. Si je prends, ici, quelque chose de très exagéré, c'est pour voir la portée du réglage. Si je demande, par exemple, de faire un ciel qui vienne se porter jusqu'ici. Il est intéressant pour mon ciel, si je mets un réglage plus adapté, comme ici, où je vais demander de jouer sur une seule exposition mais, surtout, de donner de la clarté, pour redonner du volume à ce ciel. Peut-être, avoir une température de couleur, dans cette partie, qui change son aspect. Et puis, changer d'autres réglages, comme un peu plus de contraste, une correction du voile plus marquée, qui me donnent un côté plus orageux. Je vais jouer sur ces différents éléments. Ce ciel, si l'on regarde bien, joue, également, sur le toit de la maison, parce que le dégradé s'applique bien, sur cette zone. Je vais pouvoir demander et le mettre en évidence avec les outils ou le raccourci clavier « O », qui me permet de voir la portée du masque. Effectivement, le masque descend largement sur la maison et sur le toit. Souvent, ce que l'on ne sait pas, c'est que, dans les dernières versions de « Lightroom », on a la possibilité, avec le filtre gradué ou avec le filtre radial, de retravailler avec un pinceau, c'est écrit, ici. Et, ce pinceau va me permettre, d'aller plus loin dans mon réglage, comme on peut le voir, ou à l'inverse, j'ai annulé l'opération, en appuyant sur la touche « Alt », de passer sur la gomme, qui va permettre de dire : « Non, je ne veux pas toucher cette partie-là. » On va voir, au passage, les raccourcis clavier, pour le pinceau, comme la molette de la souris qui vous permet de jouer sur la taille. Et, si vous le faites avec la majuscule enfoncée, alors, vous jouez sur le deuxième cercle, qui est tout simplement, la zone de contour progressive, comme vous pouvez le voir, en bas, à droite, dans le panneau. Alors, avec cet outil, je vais pouvoir gommer. Et, en l'occurrence, sachez qu'il y a deux pinceaux en mémoire. Un pinceau numéro « B » que voilà. Un pinceau numéro « A » que voilà. On a, donc, deux pinceaux. Ici, j'en ai un qui est de grande taille. Je peux en régler un autre, de plus petite taille, avec un bord différent. Et, on va pouvoir peindre avec l'un ou l'autre, sans avoir besoin de les reprogrammer. Voilà le grand, le « B », voilà le petit. Pour la gomme, à travers le bouton « Effacer », il n'y a qu'un réglage. Et, ce réglage peut être modifié, là-aussi. Mais, on va pouvoir lui demander d'agir d'une façon particulière, avec le masquage automatique. La gomme ne permet de gommer que ce qui est de couleur blanche, sans aller déborder ailleurs. Et, si je viens, maintenant, sur le toit orange. Je vais bien travailler, uniquement, sur le toit orange, sans aller déborder ailleurs. Et, je suis sûr de retirer l'effet du ciel, sur cette portion. Si je viens sur la cheminée, cela sera exactement la même chose. Je vais, donc, venir retravailler sur la cheminée également, en lui demandant de ne pas agir sur cette partie-là. Pas plus que sur ce toit ou sur celui-ci. Ainsi, l'effet nuageux va devenir plus réaliste qu'il ne l'est autrement. J'ai débordé ! Je reprends, donc, la gomme, la « B » me suffira, elle est plus petite. Je lui demande d'avoir le masquage automatique et je viens bien retravailler exclusivement sur cette zone. Comme vous pouvez le constater, le masque s'arrête bien exactement au bord. Mais, pas le dégradé. Si vous prenez le dégradé et que vous le déplacez, vous voyez bien qu'il est capable d'aller au-dessus. Mais, on voit bien les zones protégées sur le masque. J'ai, donc, bien créé un dégradé, je vais ré-appuyer sur la lettre « T » pour vous montrer que j'avais bien coché cette case, avec le raccourci clavier « O ». Je la retire, maintenant. On retrouve quelque chose de totalement différent de ce que l'on avait au départ. On peut voir, d'ailleurs, en cliquant sur cette case, la protection et le changement dans l'image. Tout cela pour vous dire que : « Oui ! », il existe un outil pinceau, qui va permettre de travailler sur des zones, librement, comme ici, où je vais lui demander, avec le masque « A », de travailler sur cette zone, qui est la zone verte des plantes. Mais, qui déborde beaucoup, parce que j'avais un outil très large. Que l'on pourrait limiter, en intégrant le masquage automatique, mais qui ne sera pas très facile à gérer, ici. Je vais plutôt jouer sur la taille, en prenant l'outil « B », justement. Je vais venir jouer sur cette partie. Vous voyez que le masquage automatique se limite, évidemment, mais passe par paliers, donc, je vais le retirer. Et, je vais venir travailler sur cette zone-là en disant que j'aimerais bien modifier la valeur de cette zone. Si je reviens, maintenant, sur la partie contour, là, je vais remettre le masquage automatique, pour bien aller chercher, uniquement le vert et ne pas jouer sur d'autres valeurs que celles-ci, sur la zone de contour. Ce que je viens de réaliser, ici, évidemment n'est pas très joli, puisqu'il y a une dé-saturation forte, mais une surexposition également. Mais, on va pouvoir jouer dessus. Là aussi, je vais pouvoir jouer sur des critères, comme la clarté et la lumière. Et, dans les tons sombres, dans les ombres, je vais demander de renforcer la valeur. Vous voyez que l'on change complètement l'aspect avec un outil comme celui-ci. Mais, ce qui est intéressant, c'est de savoir que sur le filtre gradué et sur le filtre radial, vous pouvez, quand vous les utilisez, modifier la portée du réglage, à l'aide d'un pinceau. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui ! C'est tout, pour cette cinquante-deuxième séquence que je vous remercie d'avoir suivie fidèlement.