Rédiger une lettre de motivation

Choisir un vocabulaire adapté

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Quel type de langage utiliser ? Quels sont les mots à employer et ceux à éviter ? Répondez à ces questions en abordant notamment la notion de connotation.
04:27

Transcription

Le vocabulaire est un point sensible de la rédaction d'une lettre professionnelle. La première chose à dire c'est qu'il faut piocher dans un registre courant à soutenu. Jamais dans le registre familier. Tout comme on va bannir le style télégraphique et les abréviations à la mode SMS, on ne s'autorisera, évidemment, aucun mot d'argot. Pas de « taf » pour parler de son travail. De « thune » pour parler de l'argent qu'on en récolte. De « bécane » pour parler de son ordinateur, etc. Cela peut paraitre évident pour certains d'entre vous, mais je peux vous assurer qu'il m'est arrivé de voir ces mots écrits dans des lettres de motivation. Dans tout document professionnel, et en particulier dans la lettre de motivation, le vocabulaire doit être le plus neutre possible. Alors, un terme neutre, qu'est-ce que c'est ? C'est un terme qui n'a pas une forte connotation, ni positive, ni négative. Là, on fait un peu de sémantique. Je vais vous expliquer rapidement ce qu'est la connotation. D'abord, rappelons qu'un même mot peut avoir plusieurs significations. Qu'on retrouve d'ailleurs les unes après les autres dans la définition qu'en offre le dictionnaire. Par exemple, le mot « travail » peut designer l'ensemble des activités humaines coordonnées en vue de produire quelque chose, c'est son acception la plus courante, mais aussi, la période d'accouchement d'une femme enceinte. Ou encore, le bureau, un ouvrage, l'effet de certaines contraintes, etc. Le contexte de la phrase nous permet de déterminer de quel sens il s'agit. Mais il y a des mots qui, au-delà de leur sens premier, témoignent d'un jugement de valeur de celui ou celle qui les emploie. Ainsi, l'anglicisme « job » s'il désigne bien un travail rémunéré, comporte quelque chose de négatif. Ce n'est pas un vrai métier. Il faut bien-sûr éviter d'employer ce terme pour autre chose qu'un emploi estival. Le mot familier « boulot » est un peu du même genre. Il met plus l'accent sur le côté « labeur » que sur le côté épanouissement professionnel. « Fan » et « adepte » font penser à des membres de sectes. Et si vous avez le malheur de qualifier de » boite » l'entreprise de votre interlocuteur, tout comme toutes celles par lesquelles vous êtes passé, ce sera la corbeille direct pour votre lettre. Il faut se méfier de ce genre de mots, qu'on utilise avec ses collègues ou ses camarades devant la machine à café. Par ailleurs. Certains mots et certaines tournures de phrase font fuir les employeurs. Parfois parce qu'ils témoignent d'une grande prétention, ou d'une flatterie excessive. « Le meilleur », « un leader » « fin stratège », « avoir la solution », « clairvoyant », « visionnaire », « avoir l'honneur de ». D'autres fois, parce qu'ils sont d'une banalité affligeante. « motivé », « dynamisme », « battant », « esprit d'équipe », « synergie », « proactif », « sortir des sentiers battus », « saisir l'opportunité ». Ce sont des expressions tellement lues et relues. Tout ce qui est imprécis, flou, est également à bannir. Les expressions « je pense », « je crois », « probablement », « à peu près », « il se peut ». Si vous-mêmes n'êtes pas convaincu, comment pouvez vous convaincre le recruteur ? Tout ce qui est du domaine du ressenti, aussi. « Je sens », « sensiblement », « séduire », « enchanter », « percevoir ». Nous devons évoluer ici dans le domaine du sûr et du rationnel. Tous ces mots ne feront en fait qu'affaiblir votre écriture. Enfin, il y a des termes négatifs qu'il ne faut pas employer, pour éviter de donner au recruteur une image de perdant. C'est le cas de « inexpérience », de « manque », « lacune », « problème ». D'ailleurs, quel intérêt il y a-t-il à attirer l'attention sur ces points faibles ? Pour peu qu'on ne les retrouve pas à tout bout de champ ou dans toutes les lettres. Les mots positifs sont, en revanche, appréciés. « Succès », « amélioré », « résolu », « augmenté » « remporté », « gagné », etc. D'ailleurs, il faut éviter autant que possible les tournures négatives. Ou en tout cas, toutes les doubles négations, telles que, « il n'est pas impossible », « vous n'ignorez pas », etcétéra. Pour résumer. Choisissez des mots prélevés dans le registre courant, voire soutenu, pour certains synonymes. Des mots qui reflètent précisément votre pensée, sans ajouter de sens contextuel à votre insu. Des mots qui sont emprunts de positivité, et qui montrent votre assurance, votre conviction. Des mots, enfin, qui vous appartiennent, et qui sont pensés par vous et non recopiés d'un modèle. Voilà l'une des clés pour un discours réussi.

Rédiger une lettre de motivation

Apprenez à rédiger une lettre de motivation. Mettez toutes les chances de votre côté pour attirer l’attention des recruteurs et décrochez l’emploi de vos rêves !

1h43 (29 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :29 juil. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !