Découvrir IPv6

Cerner la limite d'IPv4

Testez gratuitement nos 1324 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
IPv4 gère des adresses sur 32 bits, ce qui donne 4 milliards de possibilités. Votre formateur vous explique pourquoi c'est trop peu pour soutenir la croissance d'Internet.
06:06

Transcription

Avant de parler d'IPv6, quelques mots sur ses ancêtres et notamment IPv4. Le protocole IP en tant que tel a été conçu et développé dans le courant des années 70 jusqu'à finir par remplacer un protocole plus ancien pour Internet qui s'appelait NCP, pour Network Control Protocol. Vers 1983, IP est devenu le protocole officiel de la couche 3 du modèle OSI pour Internet, ce qui fait qu'en 1983, on a switché simplement Internet d'un protocole vers un autre, de NCP vers IP. Lorsque ce changement a été fait en 1983, IP était déjà dans les fondamentaux ce qu'il est maintenant, en tout cas pour IPv4, mais il manquait un certain nombre d'extensions et de fonctionnalités que nous avons aujourd'hui dans IPv4 et qui ont dû être ajoutées au fil du temps, bien entendu, à cause de l'augmentation de la taille d'Internet. Le protocole IP lui-même a été formalisé dans un RFC, le RFC 791 qui a été publié en septembre 1981, donc deux ans avant qu'IP prenne le relais pour être le protocole officiel d'Internet. Qu'est-ce que c'est qu'un RFC d'ailleurs ? RFC veut dire Request For Comment, on pourrait dire littéralement une demande de commentaire, et ce sont des documents officiels d'Internet qui sont une série numérotée, comme vous pouvez le voir, de documents qui décrivent les aspects techniques d'Internet ou de temps en temps différents matériels informatiques comme des routeurs ou des serveurs DHCP. À la base, ces RFC sont donc la documentation officielle d'Internet, si vous voulez, qui représentent les normes et les standards qui sont appliqués pour les différents protocoles et les différents matériels formant l'Internet. Et d'ailleurs, si vous regardez ce RFC, je vais vous le montrer ici, eh bien, septembre 1981, on voit qu'on est encore sur une documentation DARPA. DARPA pour Defense Advance Research Project Agency, c'est le département de la défense américaine qui a créé l’ARPANET, un réseau de réseaux interconnectés de machines militaires qui peuvent fonctionner même en cas d'attaque. C'est-à-dire que si on coupait certaines connexions ou on détruisait certains sites, le côté totalement décentralisé de l’ARPANET permettait de faire en sorte que le réseau continue à fonctionner malgré tout. C'est vraiment l'ancêtre d'Internet. OK, IPv4. Nous avons dans IPv4 un adressage... ici j'ai mis des points de terminaison pour être assez large … donc, un adressage de toutes les machines, de toutes les interfaces qui sont connectées sur cette interconnexion de réseau qu'est Internet. Aujourd'hui, ce ne sont pas que des ordinateurs, mais ça peut être aussi des téléphones mobiles, ça peut être l'Internet des objets, votre frigo peut-être, ou vos lunettes Google, si vous en avez. Bref, tout ce qui va être interconnecté dans l'Internet eh bien, a une adresse… une adresse logique qui va permettre aux machines de communiquer entre elles d'une adresse à une autre. Évidemment, IPv4 a un adressage en 32 bits, 8 bits forment un octet. Donc, adressage 32 bits, cela veut dire 4 octets. 32 bits, cela fait 2 puissance 32 possibilités. Ça fait en fait 4 milliards et quelques centaines de millions de possibilités. Donc, ça veut dire qu'on peut avoir 4 milliards et quelques centaines de millions de machines... ou pas vraiment des machines, je me répète encore une fois, mais plutôt d'interfaces réseau interconnectées … ça ne fait pas beaucoup, donc, il y a un épuisement des possibilités qui est chaque année, comme on nous dit, de plus en plus grave, et c'est effectivement de plus en plus grave. Je vous ai mis ici un exemple d'adressage IPv4 avec, vous voyez, une notation en quatre nombres, 127.0.0.1. Le 127 étant un indicateur de réseau particulier puisqu'il s'agit d'une machine locale, 127. Et ici, on a ce qu'on appelle la boucle locale,127.0.0.1. Ça définit votre propre machine, votre propre interface. Vous noterez donc au passage qu'en IPv4, on définit une adresse IP, IPv4 avec de simples nombres décimaux, ce qui n'est pas le cas en IPv6. Donc, 4 milliards et quelques de possibilités, ce n'est pas beaucoup, et c'était encore moins que cela parce que les différents numéros de cette adresse IP ont un sens ici. On a un numéro de réseau, en quelque sorte, et en dessous, ça dépend ensuite de ce qu'on appelle le masque, mais en dessous on peut avoir des numéros de machines à l'intérieur d'un même réseau, et ça veut dire que ce premier numéro détermine un groupe de machines qui appartient, par exemple, à une entreprise, ce qui fait qu'une entreprise pourrait prendre le numéro 132 et conserver pour elle toutes les adresses qui sont en dessous de 132. À ce moment-là, personne d'autre ne pourrait les utiliser, ce qui voudrait dire qu'il pourrait y avoir beaucoup de numéros non utilisés alors que d'autres qui n'ont pas accès aux numéros en dessous de 132 en auraient besoin. Et c'est ce qu'il se passe, finalement, parce qu'au début beaucoup d'entreprises américaines se sont vues attribuées des numéros de ce type, et elles ont parfois plus de numéros que l'Asie tout entière, par exemple. Et c'est une des raisons d'ailleurs pour lesquelles en Asie, il y a un passage en IPv6 qui est beaucoup plus rapide et dynamique qu'ici dans nos contrées européennes et américaines. Donc, ce type de gestion fait que même si on a 4 milliards de numéros à disposition, dans les faits, on en a encore moins puisqu'il y a un certain nombre de numéros qui sont purement et simplement inutilisés.

Découvrir IPv6

Comprenez le protocole IPv6, indispensable à la croissance d'Internet. Abordez l’écriture des adresses IPv6, les types d’adressage ainsi que les adresses spécifiques.

50 min (12 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Thématiques :
IT
Administration réseau
Spécial abonnés
Votre/vos formateur(s) :
Date de parution :6 févr. 2017
Durée :50 min (12 vidéos)

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !