SQL Server 2016 pour les administrateurs IT

Assimiler le fonctionnement d'un serveur SQL

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Découvrez les différentes syntaxes du langage SQL. Vous verrez aussi bien les syntaxes de manipulation des données que les syntaxes de manipulation des structures.
07:46

Transcription

Quelques dernières notes avant de passer à la suite. Management Studio, c'est un outil client, ça on l'a déjà dit. Un outil client, ça permet d'ouvrir une connexion, ici « SQL Server », d'envoyer des requêtes, et ça se passe comme ça, dans un moteur de base de données relationnelles : vous êtes sur votre machine cliente, vous saisissez une requête SQL, cette requête SQL, lorsque je vais faire « Exécuter », va être envoyée à travers le réseau, sur le serveur, en utilisant un protocole qui s'appelle TDS, je vous l'écris ici, TDS veut dire « Tabular Data Stream », c'est le protocole de la couche application du modèle OSI, du modèle réseau OSI, et TDS va encapsuler un paquet avec la requête SQL. SQL Server reçoit cette requête, il l'analyse, il y a un moteur d'exécution qui exécute la requête. Il fait des demandes à un moteur de stockage pour récupérer les données. Ici il n'y a pas vraiment de données puisqu'il s'agit d'une vue système. Le résultat est renvoyé au client et affiché ici. On a vraiment une communication sous forme de requête envoyée au serveur. Le serveur s'occupe de faire ce qu'il a à faire, il gère les données, il renvoie le résultat, et j'observe le résultat sur mon client. Je vous ai parlé de vues système. Vous avez, dans une base de données, à la fois des tables, qui contiennent les données, mais vous avez également des vues, qui sont des requêtes stockées sur le serveur et qui ne contiennent pas, à la base, de données. Cette vue se trouve dans un schéma, un préfixe « sys ». C'est un préfixe qui indique que l'on va y trouver toutes les vues système, ou tous les objets système. Ici il s'agit d'une vue, parce que c'est du code qui va faire une interrogation dans les profondeurs de SQL Server pour me montrer les sessions. SQL Server est un moteur de base de données qui doit gérer de nombreux utilisateurs, donc c'est géré à travers ce concept de session. Chaque utilisateur peut avoir une ou plusieurs connexions. Lorsqu'il est authentifié sur le serveur, ça se transforme en une session et la session va pouvoir envoyer une ou plusieurs requêtes et, si je me déconnecte, comme ici, je vais couper ma session. Dans Management Studio, j'ouvre une session, elle reste ouverte, c'est une session TCP finalement qui reste ouverte, il y a une communication qui reste ouverte avec le serveur et la session est maintenue. Je peux, bien entendu, la fermer, en fermant la fenêtre comme ceci. Je peux également modifier la connexion en utilisant ce bouton pour dire : je vais me reconnecter, peut-être à un autre moteur de base de données, ou au même, et je vais réinitialiser ma session. On va jeter un coup d’œil. Ici je suis 57, je fais « Se Connecter », et vous voyez, j'ai pris le numéro 56, ma session a été coupée, puis recréée, rouverte, et SQL lui a attribué un autre numéro. À tout moment, je vois quel est mon numéro ici. Je vois également ici que je suis dans une session différente. En fait je ne le vois pas spécifiquement, mais je vois, en tous cas, quel est le login avec lequel je suis connecté. Ça peut tout à fait être un login différent de cette fenêtre ou de cette fenêtre. Chacune des sessions peut être ouverte avec un login différent. Ces sessions ont elles-mêmes des options que je peux définir à la main, par exemple « SET STATISTICS IO ON », qui change une option de la session. Je peux également le faire graphiquement avec un clic droit sur la fenêtre de session, « Options de requête », et j'ai ici un certain nombre d'options, par exemple « SET ROWCOUNT », c'est une très vieille option qui dit combien on veut récupérer de lignes au maximum dans nos requêtes. J'ai des options avancées. J'ai des options de type ANSI. Tout ceci peut changer certaines options de la session qui sont valables pendant toute la session ou jusqu'au moment où je rechange cette option. En général, ces options sont établies par la couche de communication entre le client et le serveur. Si vous avez une application qui accède aux données, cette application génère une connexion qui, peut-être, établie des options lorsque la connexion se fait. Grâce à cette fenêtre de requête, je vais pouvoir saisir différents types de requêtes. Cela correspond à différentes parties du langage SQL. Je vais enlever ceci. Mon « SELECT » ici, c'est une opération de ce qu'on appelle du DML, pour « Data Manipulation Language », langage de manipulation de données. Pourquoi un langage ? Parce que c'est simplement un sous-ensemble du langage SQL. Les opérations DML sont faites à l'aide de commandes comme « SELECT », « INSERT », pour insérer des données dans une table, « UPDATE », pour modifier les données d'une table, et « DELETE » pour supprimer des lignes d'une table. On a donc ici quatre commandes. « SELECT », « INSERT », « UPDATE », « DELETE », qui font des opérations dans les données, donc qui manipulent les données, « data manipulation language ». On appelle ça des opérations « CRUD ». C'est une abréviation souvent utilisée dans le monde des bases de données pour décrire ces quatre opérations, « CREATE », « READ », « UPDATE », « DELETE ». Donc : créer, lire, mettre à jour, et supprimer. Mais on a un sous-ensemble différent. On a plein de sous-ensembles dans SQL. On a un sous-ensemble qu'on appelle DDL, pour « Data Definition Language », langage de définition des données. On ne va pas manipuler les données, on va définir des structures. Par exemple, « CREATE TABLE ». Je vous fais vite une petite table que je vais appelée « coucou ». Je vais mettre une seule colonne. Ici je fais un « Create Table ». Ici je ne vois rien. Vous vous souvenez pourquoi. Déjà, c'est parce que je ne suis pas au bon endroit, je suis dans « master ». Je viens de créer une table dans « master », ce n'est pas une bonne idée, je vais vite aller la supprimer. Je fais un petit clic droit. « Supprimer ». D'ailleurs je vais le faire à la main, au lieu de faire comme ça. Le « CREATE » peut être compensé par un « DROP ». Je vais supprimer la table. Donc je vais faire un « DROP » en-dessous. Je vais me mettre ici au bon endroit, c'est-à-dire dans « test ». Je peux le faire comme ceci, graphiquement. Je peux aussi utiliser une commande du langage SQL qui s'appelle « USE ». Je vais dire « USE test ». Lorsque je fais un « USE », cela change le contexte de la base de données dans ma session. Vous voyez que je suis passé ici dans la base de données « test ». Ensuite je fais un « CREATE TABLE ». Je vais voir si je le trouve ici. Je ne le trouve pas parce qu'il faut que je rafraîchisse. Une fois de plus, je me mets sur le parent, le dossier des tables, et je fais « Rafraîchir ». Et voilà ma table. Vous voyez qu'ici je l'ai appelée « coucou ». Ici elle est préfixée part « dbo », c'est parce que c'est son schéma, on reviendra sur ce concept. « CREATE », « DROP », et si je veux modifier la structure je fais un « ALTER ». Ce sont les trois commandes, « CREATE » pour créer, « ALTER » pour modifier, « DROP » pour supprimer, de la partie DDL du langage SQL. Dans le langage SQL vous avez d'autres sous-ensembles, vous avez un sous-ensemble pour gérer des transactions, on en reparlera, vous avez un sous-ensemble pour gérer la sécurité, créer des authentifications et des permissions, et vous avez, avec tout ça, un langage très riche qui vous permet de gérer tous les aspects de votre serveur de base de données, de votre serveur SQL Server.

SQL Server 2016 pour les administrateurs IT

Comprenez le fonctionnement et les différents modules qui composent SQL Server. Prenez en main les bases de données, les schémas, les tables, la gestion des fichiers, etc.

5h20 (55 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :14 mars 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !