Découvrir IPv6

Assimiler la portée et les sous-réseaux

Testez gratuitement nos 1272 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Une adresse IPv6 peut être de portée locale ou globale. Apprenez à écrire un masque de séparation entre la partie réseau et la partie interface de l'adresse.
05:23

Transcription

Parlons un peu de la portée de l'adressage IPv6. Chaque adresse IPv6 a une portée, c'est-à-dire qu'elle peut être globale ou locale. Une adresse globale est une adresse qui est routée, donc qui peut aller n'importe où à travers l'interconnexion de réseaux, et bien entendu une adresse locale n'est pas routée vers l'extérieur et reste dans un réseau local. Chaque adresse IPv6 est donc connue comme étant routable ou non routable. Les adresses locales sont des adresses Link-Local, et on va déterminer si une adresse est Link-Local par rapport à son préfixe. C'est un peu comme en IPv4, cela dit. Link-Local pourrait être traduit par lien local, par exemple, et une adresse qui est Link-Local ne sort donc pas, ne passe pas par un routeur et reste dans le réseau local, évidemment. C'est son but. La portée locale est incluse dans IPv6 dans le sens où il y a une règle qui stipule qu'un préfixe spécifique de l'adresse IP indiquée correspond à une adresse lien local. C'est inclus dans les RFC. On peut lire le début d'une adresse IPv6 et dire que cette adresse est locale et n'est pas routée. Cela dit, c'est aussi un peu comme la lecture d'une adresse IPv4 qui commence par 10 ou par 192.168 qui sont des classes connues pour être locales uniquement et non routables. Simplement, en IPv6, vous avez un seul préfixe pour indiquer des adresses locales. Donc, chaque adresse a une portée. On la connaît par rapport à son préfixe et il n'y a pas vraiment de classe en IPv6, ou disons qu'il y a simplement une partie de l'adresse IPv6 qui est à gauche qui indique le réseau et une partie qui est à droite qui indique la machine dans un réseau spécifique. Donc, la partie à gauche indiquant le réseau indique le bloc d'adresses qu'on va avoir à droite qui font partie du même réseau. Il s'agit du même système finalement qui est Classless, sans classe, qui a été développé en IPv4, on en a parlé, pour contrer les problématiques de classes statiques. Donc, le sous-réseau est indiqué par masquage finalement comme en IPv4, et on va utiliser une notation de type CIDR, Classless Inter-Domain Routing, on va utiliser le même type de notations, avec des slashes. Donc, si vous avez déjà manipulé de l'IPv4, vous voyez de quoi je veux parler, je vous donne un exemple : si en IPv4, j'ai une adresse, on va dire 124.124.124.124, par exemple, et on a un masque de sous-réseau, par exemple, pour un petit réseau, on va dire que le masque est 255.255.255.240, par exemple. 240, ici, signifie que les quatre derniers bits de mon adresse IP indiquent qu'il s'agit du réseau. Si j'écris tout ceci en octets, ça me fait... ... 1111 1111... ... pour le premier octet... ... 1111 1111... ... pour le deuxième, donc, vous avez compris le principe. Ici, pour l'instant, j'ai deux octets, c'est-à-dire deux fois 8 bits. Je vais copier ça, et maintenant j'ai 4 octets, donc 32 bits, et je prends les quatre derniers bits pour dire que cette partie-ci indique le réseau. C'est donc ceci plus la moitié de cela, OK, et ces quatre derniers bits indiquent une machine à travers le réseau. Ça veut dire que j'ai 4 bits et donc 16 possibilités pour créer mon réseau. Dans une notation de ce type, je ne peux avoir que 16 machines dans mon réseau local. Comment cela se note-t-il en notation CIDR ? Eh bien, je reprends ceci et je vais dire ici qu'on va avoir 28 bits de ce numéro à partir de la gauche qui vont être dédiés pour indiquer quel est le groupe, finalement, le bloc, qui détermine le réseau. C'est donc l'expression de ceci. On a, cette fois, 4/28, OK ? On va faire la même chose en IPv6, mais simplement ici, en IPv6, on va avoir 128 bits au lieu d'en avoir 32. Et donc, on va utiliser, non pas cette notation, mais celle-ci exclusivement pour indiquer quelle est la partie de notre adresse IP qui est dédiée au réseau et la partie qui est dédiée à la machine. Il existe une séparation fixe originelle pour dire si on n'indique pas à la notation quelle est la partie réseau, quelle est la partie machine. Eh bien, il y a déjà une séparation qui existe. On va avoir un préfixe de routage de 48 bits, un identifiant de sous-réseau de 16 bits, et on va séparer en deux, carrément en deux, puisqu'on a 128 bits, donc 64, ici, et 64 de l'autre côté. Les premiers 64 bits sont dédiés à l'identification du réseau, et les 64 bits suivants identifient l'interface, une machine dans ce sous-réseau. Mais ensuite, on va pouvoir jouer à l'intérieur de ça avec la notation de masquage.

Découvrir IPv6

Comprenez le protocole IPv6, indispensable à la croissance d'Internet. Abordez l’écriture des adresses IPv6, les types d’adressage ainsi que les adresses spécifiques.

50 min (12 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Thématiques :
IT
Administration réseau
Spécial abonnés
Date de parution :6 févr. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !