Nous mettrons à jour notre Politique de confidentialité prochainement. En voici un aperçu.

Les fondements de la langue française : La ponctuation

Analyser les fonctions des points de suspension

Testez gratuitement nos 1344 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Trois petits points qui se suivent, cela veut bien dire quelque chose. Découvrez ici toutes les fonctions des points de suspension.
03:54

Transcription

Les points de suspension. Vous savez, ces trois petits points qui se succèdent. À quoi servent-ils vraiment ? La plupart du temps, on les rencontre en toute fin de phrase sans autre signe de ponctuation. Dans ce cas, le plus souvent, ils marquent une pause prosodique et syntaxique comme un point simple, à cette différence qu'ils ouvrent sur un prolongement sémantique, c'est-à-dire que grâce à eux on s'épargne d'exprimer complètement notre pensée mais on laisse au lecteur le soin de la déduire. Par exemple, « J'aurais aimé répondre à ses attentes mais… » La phrase est interrompue, inachevée, pour une quelconque raison. Quand c'est intentionnel, ça devient une figure de style qu'on appelle aposiopèse. On peut laisser une énumération inachevée parce que la liste serait trop longue et fastidieuse à compléter, « Vous bénéficierez d'un ordinateur portable, de tickets restaurants, d'un véhicule de fonction… » Dans ce cas, les points de suspension concurrencent l'abréviation « etc. » après laquelle ils sont d'ailleurs exclus. On ne met pas trois points de suspension après « etc. ». Autre cas de figure, on a pu renoncer à l'idée au moment où on l'exprimait, mais c'est assez rare dans les écrits professionnels où on ne va garder que l'essentiel. Par exemple : « Ce que je veux dire, c'est que… Oh ! Après tout ! » ou bien on s'interrompt pour se corriger soi-même et on tient à le marquer, « Il a des qualités évidentes de vendeur… Non, de commercial. » ou encore on n'ose pas formuler une accusation. Ça peut être en fait des tas de choses. Je passe sur les usages que peuvent en faire les romanciers pour restituer un certain rythme de paroles d'un personnage, voire un certain rythme de pensée du narrateur. Les points de suspension permettent en effet de fragmenter un monologue intérieur. Ce qu'il est important de savoir, c'est qu'ils peuvent figurer en pleine phrase, et alors ils n'appellent pas de majuscule à leur suite. C'est le cas quand on veut tenir notre lecteur en haleine, avant une chute amusante, inattendue ou sensationnelle. Ça devient un effet de style qu'utilisent couramment les auteurs de Thrillers ou ceux de la presse à sensation, « Et soudain, dans le miroir, il vit… une forme derrière son épaule ! » On s'en sert également pour restituer un bégaiement, « Je… Je… vais bi… bien merci. » Les points de suspension sont là aussi pour marquer une ellipse, « La suite… au prochain article ! » Les points sont là pour montrer qu'on a élidé un verbe comme « La suite viendra au prochain article. » Ce verbe, on peut se contenter de le sous-entendre. En outre, quand on ne veut pas citer en entier le nom de quelqu'un ou le nom d'un lieu, on peut tout simplement mettre l'initiale suivie de points de suspension, « M. T…, domicilié à G…, s'oppose au projet. » Pour finir, si vous reprenez dans vos écrits la citation de quelqu'un mais que vous en ôtez certains passages, il convient de les marquer par des points de suspension qu'encadrent soit des parenthèses, soit des crochets, « Le romancier est fait d'un observateur et d'un expérimentateur. (…) L'expérimentateur (…) fait mouvoir les personnages dans une histoire particulière pour y montrer que la succession des faits y sera telle que l'exige le déterminisme des phénomènes mis à l'étude. » Émile Zola. Si les passages passés sous silence sont en tout début ou en toute fin de citation, on pourra se contenter de points de suspension sans parenthèses ni crochets. Voilà l'essentiel de ce qu'on peut dire sur l'utilisation des points de suspension. Une toute dernière chose. Savez-vous qu'ils ont leur propre glyphe ? Trois points simples à la suite sont généralement automatiquement convertis en points de suspension, mais parfois il faut bien vérifier que c'est le cas. Veillez donc à ce qu'ils soient bien rapprochés et qu'ils ne forment qu'un seul caractère.

Les fondements de la langue française : La ponctuation

Maîtrisez la ponctuation en français, essentielle pour structurer la phrase et contribuer à la compréhension de votre message. Respectez ainsi les standards établis.

1h37 (28 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :30 janv. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !