Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Les fondements de l'architecture : Le croquis de conception

Additionner et soustraire

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Effectuer des additions et des soustractions de volumes dans votre croquis. Il s'agit d'un moyen pour développer et modifier un volume de départ.
11:17

Transcription

Pour s'exercer à bien maîtriser les volumes, on peut faire des petits exercices que j'appelle d'addition et soustraction. En fait, ça consiste à partir d'un volume de base, vous voyez, qu'on va esquisser comme on a déjà fait pour la maison précédente. Donc, toujours une sorte de perspective parallèle mais si on peut mettre un petit peu de perspective, c'est pas plus mal, légèrement convergent, comme ceci. On aura un point O, là-bas, il faut pas aller trop loin, vous voyez. Ça, c'est les lignes arrières. Alors normalement, on fait tout le volume avec des lignes légères. Partie cachée, partie vue, en contrôlant, vous voyez, les parallèles. Ça a pas besoin d'être absolument rigoureux là. Donc on a cette première définition et on va d'abord lui faire ce qu'on peut appeler une addition, c'est-à-dire qu'imaginons qu'ici, on trace, vous voyez un petit volume. Alors, on commence toujours par la base, c'est-à-dire c'est sur le toit du volume là. On fait les verticales. Et on décrète d'une hauteur et on ferme le volume comme ceci. Donc ça, c'est une première action. Vous pouvez imaginer de faire ça sur un côté par exemple. Donc, vous voyez que déjà, en faisant de simples additions, vous pouvez, et ça peut se poursuivre longtemps, vous vous entraîner à maîtriser la construction. Donc, à ce moment-là, au fur à mesure, vous pouvez renforcer, vous voyez, les arrêtes vues, pour bien différencier de ce qui est vu et caché. Les traits qui résultent ici d'une addition comme ici, normalement, ils devraient disparaître. Si vous êtes au crayon, vous pouvez donner un coup de gomme. Si vous êtes à l'encre, vous laissez comme ça. Donc là, on a ça. Ça vous exerce en même temps à tracer des traits. Donc voilà, une première étape. Alors maintenant, on va en faire une seconde qu'on peut appeler soustraction, c'est-à-dire, vous voyez, imaginons à peu près, la même dimension là-bas, dans l'autre angle. Mais là, on estime qu'on l'a enlevé. Qu'est-ce-qu'il se passe ? Il faut dessiner la boîte qui va être pratiquement complètement en transparence, comme ça, comme si elle était à l'intérieur du volume. Et ensuite, il faut réfléchir à bien montrer les parties qui vont être apparentes. Donc, on a ça. Ici, ça va faire comme ceci. Et là, on voit ça. Et on ne voit pas ces pièces-là. Donc ça, ça vous demande un petit peu plus de réflexion. En fait, quand on a l'habitude, on le fait sans réfléchir. Mais au début, c'est pas forcément toujours évident. Donc, vous voyez, on voit un creux, un plein, on va mettre un petit peu de coloration. Supposons que la lumière vienne comme ceci. Ça, ça pourrait porter une ombre d'ailleurs. Puis ça, ça va être comme ça. Toute cette paroi, vous voyez. Alors, je laisse pour l'instant, un petit peu sans précision parce qu'on va faire une nouvelle opération, qui va mobiliser des choses qu'on a vu auparavant, c'est-à-dire qu'on va imaginer que là, on fait une extension, c'est-à-dire que si je fais la vue en plan ici, on a fait une boîte en plus ici, une boîte en moins ici. On va faire maintenant une avancée en demi-cercle au rez-de-chaussée et un retrait comme une loggia, au niveau haut, c'est-à-dire que, par exemple, ici... Alors, on pourrait faire ça sur un volume un peu plus haut. Vous voyez, là, c'est facile de rajouter de la longueur. On aurait un sous-bassement ici. On va décréter sur une largeur, mettons celle-ci et celle-là, que là, on prend le milieu, on trace la ligne parallèle à ça, donc perpendiculaire en théorie, mais parallèle à ça. On fait la verticale comme ça. Vous voyez toutes ces parallèles. Et là, on va dessiner donc, en fait, un demi-cercle. Et un demi-cercle, ça s'inscrit dans, vous voyez, deux carrés, comme ça. On a besoin de faire deux carrés. Alors là, j'ai pas tout à fait respecté la règle des 30 degrés. Ici, on est bien dans les 30 degrés. Deux carrés, c'est facile à faire. Il suffit de tracer une ligne pseudo-verticale comme ça, ça donne un carré. Là, c'est pas trop mal. Donc, vous voyez, c'est un repère assez facile qui est vrai dans l'isométrie, c'est-à-dire dans l'isométrie avec les 30 degrés. Si vous voulez dessiner un carré, vous aurez une forme comme ça. En fait, ça fait des losanges. Et quand vous faîtes ça, vous êtes sûrs que la forme qui résulte fait que ça et ça est égal. Et donc ça fait un carré. Donc, c'est une base et sur cette base, on va dessiner. Alors, souvent quand on veut faire une ellipse complète pour un cercle, on a intérêt à imaginer l'ellipse complète, vous voyez, comme ça. C'est plus facile à penser que si c'est un demi. Donc, ça va faire une forme à peu près comme ceci. Et donc, ça c'est la base. Ensuite, on monte. Alors, si le niveau auquel on veut accéder est à peu près là, on va avoir exactement la même chose au niveau supérieur. La petite ligne qui est ici va se transposer là. Là, ça va se transposer là. Là, ça va se transposer ici. Et notre forme, elle est comme ça, en sachant bien sûr que la verticale, elle va être comme ceci. Vous voyez, vous avez cette espèce de matière là, demi-cylindre pas très haut, qui va venir comme ceci. On peut d'ailleurs dans les soustractions, vous voyez, imaginer qu'ici, on a un novent, qui part comme ça. Alors, qu'est-ce-qu'il fait là, il fait ça. Alors, il faut éviter que ça tombe sur des coïncidences, le trait, c'est pas très joli. Supposons que ce soit un peu plus long. Vous voyez, on pourrait voir juste un petit peu le dessus comme ça. Donc, ça va nous faire là, si on renforce ça, vous voyez, un creux comme ça, là-dessous. Alors, je reviens sur ce qu'on avait fait ici. Donc, on veut le faire maintenant en creux au-dessus. Donc, on termine, en fait le mieux, c'est de terminer là, pour de bon, l'ellipse puisqu'en fait, à partir de là, elle va être complète. Donc, c'est bien, vous voyez, de toujours d'avoir en filigrane la totalité des éléments. Et donc, quand elle arrive ici, on retrouve encore celle-ci, l'arrière-là, qui va être comme ça. Donc, vous voyez, c'était ici le point diamétralement ici. Là, ça va aller comme ça. Donc, vous avez une chose qui est partiellement cachée, qui vient alignée avec ça... Pardon, là, c'est ici. Si ça, c'est là, on dit là, c'est là. Comme ça, c'est juste que ça coïncide avec ça, c'est pas de chance. Ça peut le faire bien sûr, mais c'est pas très réussi. Et on a le volume finalement comme ceci. Donc si on renforce, voilà, surtout si on veut renforcer un petit peu avec de la teinte, on peut mettre, vous voyez, une teinte partout, pas dans les parties supérieures de préférence, comme ça, on exprime bien que c'est le dessus, et que le dessus est quand même, vous voyez, on évite ça. Et puis, on peut faire un petit peu d'ombre dans toutes les parties, donc qui sont de ce côté-là. Donc là, il y a un petit coin qui reste, c'est le dessus là-bas, vous voyez. Ça, par contre, c'est dans l'ombre. C'est une ombre propre, c'est pas... Voilà. Donc, là, ça va être comme ça. Donc, là, on peut avoir une ombre portée qui se fait légèrement comme ceci. Là, c'est certainement quand même dans l'ombre en dessous. Et alors, quand on arrive au cylindre, ça fait quelque chose comme ça. Certainement ici, c'est un petit peu à l'ombre forcément. Et de même là-bas, donc il faut pas en mettre trop parce que ça va se confondre avec celle du premier plan. Donc, bien sûr, pour faire le premier plan du coup, il faut renforcer comme ça. Il faut renforcer en ombre mais il faut renforcer aussi en couleurs si on veut que ça vienne en avant, vous voyez. Ça, c'est là-bas, derrière, c'est un petit peu malheureux. C'est tombé juste. On va donner un peu plus de force à ça. On peut découper plus fortement les contours du premier plan. Celui-là, on va le laisser discret. Donc, vous voyez, après, vous faîtes une expression qui peut être variable. Vous mettez des couleurs, vous pouvez faire des creux. Vous pouvez faire des tas de choses. Le principal, c'est ça, c'est un exercice pour s'exercer à parfaitement comprendre, exprimer ce qui est en plein, en creux. Donc, quand on fait des expressions en couleur, il faut faire attention à relativement bien remplir les panneaux parce que sinon, ça peut créer de la confusion, plutôt qu'autre chose. Pour avoir un registre, vous pensez qu'il y a une certaine couleur qui exprime la face éclairée, on la garde, et une autre teinte pour exprimer ce qui est dans l'ombre. Donc ça, à la base, c'est certainement quand même de l'ombre portée, vous voyez, dans le coin là-bas. Donc, vous pouvez faire ce genre d'exercices répétés dans des tas d'orientation et on pourrait imaginer ici le trottoir mais ça viendrait comme s'il y avait un sol, etc.

Les fondements de l'architecture : Le croquis de conception

Maîtrisez le dessin de croquis en architecture. Assimilez et mettez en œuvre des techniques efficaces de construction de perspectives diverses et d'expression graphique.

4h48 (46 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !