Découvrir SketchBook Pro 2018

Aborder les différentes commandes de l'éditeur

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Faites apparaître, par commande tactile, les différentes options de manipulation des calques à partir de la fenêtre dédiée.
07:23

Transcription

Alors, on va poursuivre notre exploration des options de calques telles que peut nous les proposer SketchBook. Donc, ici, une étude de bois. Donc, une structure assez simple, un référent, un calque, une photo, avec une texture, avec des couleurs, avec une matière. Ici, la peinture à proprement dire, c'est-à-dire le calque sur lequel on a posé nos coups de pinceau et nos coups de gomme, bien sûr. Ici, un autre calque sur lequel on pourra travailler l'ombre portée de façon autonome, la déplacer, la foncer, l'effacer, la reprendre, etc., et l'arrière-plan. Alors, l'arrière-plan, ce n'est pas un calque à proprement parler, c'est une indication de couleur. Donc, si je l'efface, les piqués sont transparents. Si j'exporte, par exemple, en format PSD et que je rouvre dans Photoshop mon fichier, même si j'ai l'arrière-plan activé, il apparaîtra comme ceci. Ce n'est pas un calque qui s'exporte, c'est une info qui est destinée à nous aider. Ce qui est pratique, c'est que je peux comme ça varier la tonalité, la couleur de mon arrière-plan de façon très simple et ainsi faire mon choix de façon plus franche sans besoin d'aller ouvrir un autre éditeur. Si c'est cette couleur que je veux garder et que je veux exporter mon fichier, j'appuie ici, je fais apparaître cette nouvelle petite icône, je crée un nouveau calque. Avec ma touche Alt j'invoque la pipette. Je vais ouvrir la barre d'outils. Je vais prendre le pot de peinture, m'assurer qu'il est coché et le remplissage solide, et puis je vais remplir mon calque. Voilà, donc, on ne voit pas de différence. Sauf que cette fois-ci, si je fais ça, l'arrière-plan disparaît, mais j'ai toujours mon calque, et à l'export, ce calque-là sera présent. Donc, c'est le calque de fond, mais par contre, l'arrière-plan, lui, nous permet, j'allais dire, de naviguer rapidement les couleurs et tonalités et de continuer à rester concentré sur le rapport entre le fond et la forme qu'on est en train de travailler. Alors, là, quand j'appuie, vous avez vu qu'il n'y a qu'une seule icône qui apparaît, ça a ajouté un calque au-dessus. Alors, qu'est-ce qui se passe si j'appuie ici ? Alors, là, j'ai par contre toute une petite molette qui me vient et qui appelle les nouvelles commandes. Donc, par exemple, je peux supprimer le calque. Là, le calque est supprimé. Ctrl + Z, si je veux revenir en arrière. Je peux ajouter un calque, c'est ce qu'on vient de faire ici. Donc, c'était la seule commande disponible, mais là non. Mais par contre, je peux toujours le faire. Je peux dupliquer le calque. Si je relâche mon stylet, j'ai un deuxième calque qui apparaît, qui se renomme le Calque 2-1, c'est-à-dire la réplique, mais numérotée, que je vais effacer, enfin, supprimer. Voilà. Donc, ça, c'était dupliquer le calque. Je peux le rendre invisible, c'est-à-dire le masquer, donc soit par cette commande tactile, soit simplement par pression sur l'œil avec mon stylet. Je peux verrouiller le calque, c'est-à-dire que là, même si je prends un pinceau, vous voyez, il apparaît ce petit panneau barré. C'est-à-dire que là je ne peux rien faire. Voilà, je ne peux pas intervenir dessus. Il est verrouillé, c'est-à-dire que c'est une sécurité. Ça m'évite de me tromper de calque. Quand vous savez qu'il y a un fichier qui commence à avoir un nombre conséquent de calques et une erreur de temps en temps qui est possible, c'est-à-dire inscrire un signal sur un autre calque qui ne lui est pas destiné, ça évite ces fausses manips, et on décoche comme ça. Voilà, je l'ai déverrouillé. Ici, on a fusionné avec les éléments du dessous. Donc, là, c'est impossible. Je pourrais le faire là, c'est-à-dire que là, j'ai ma trace, j'ai mon fond. Admettons que ma trace soit définitive, que j'ai envie d'écraser les deux pour pouvoir après travailler les jonctions entre la teinte de fond et la teinte de la trace, je fusionne les deux calques. Et là, j'ai mon calque d'ombre et mon calque de fond qui ont été fusionnés. Ctrl + Z parce que ce n'est pas ce que je voulais faire. Voilà, je retrouve ma structure originelle... Tout fusionner. Alors, là, par exemple, ça veut dire que je vais tout aplatir et me retrouver avec un seul calque qui contiendra tous les éléments. Bon alors, c'est une manipulation vraiment à faire en fin de course ou en milieu de course sur des groupes de calques, mais là, on va annuler. Voilà. Ici, Tout fusionner et Renommer le calque. C'est ce qu'on va faire, par exemple, ici, le calque, Calque 2, je clique sur Renommer le calque et il apparaît une petite fenêtre. Alors, je peux l'appeler fond, par exemple, et je dis OK. Il aura changé de nom. Il y a d'autres options. Je peux choisir de ne pas afficher les éléments, c'est-à-dire d'afficher ici le nom du calque. Alors, j'efface et puis je vais marquer... ... fond. Alors, ici, par exemple, je n'ai plus l'indicatif visuel de ce qui se passait sur l'écran, c'est-à-dire que je n'ai plus vraiment le repère qui me permettait d'associer le calque à ce qui correspond sur le dessin. J'ai marqué le nom. Ça fait redondance avec ce qu'on vient de faire, mais c'est une méthode, si vous aimez écrire, et si vous repérez plus vite sur les lettres, c'est une possibilité. Je vais annuler cette manip, Ctrl + Z. Donc, je retrouve la structure. Je vais renommer mes calques. Je vais l'appeler ombre, en plus de l'image, voilà. Je peux avoir aussi l'info. Je vais l'appeler étude. Voilà, je sais que c'est le calque qui contient mon étude peinte. Touche Entrée pour valider. Et le Calque 3, ici, je lui donne la même commande, et puis, lui, je vais l'appeler ref, comme référence, c'est-à-dire que c'est la photo. Pareil, cette ref peut être escamotée. Vous savez qu'elle peut être agrandie, si on veut s'épancher plus en détail. Ils vont rapetisser. Et puis mis dans un coin, en attendant, et en tout cas, elle peut être enlevée pour la présentation finale. Ici, en haut, se trouvent d'autres commandes. Par exemple, ici, en gros, la réplique de ce qui apparaîtrait sur la molette. Alors, je peux ajouter un calque, ajouter une image. Donc, ajouter une image, ça sera importer une image dans mon fichier, dans mon dessin. C'est-à-dire que je vais aller chercher une image, et puis elle va s'ajouter. C'est ce que j'ai fait pour ça, voilà ce qui se passe. C'est pour ça qu'on avait laissé coché dans les préférences Ajouter une image sur un Nouveau calque, et non pas sur le calque sur lequel on travaille. Effacer, Dupliquer, Renommer, Verrouiller les calques, Supprimer… En gros, ici, c'est un menu déroulant, mais qui reprend ce que vous propose la molette par commande tactile. Ici, Effacer. Par exemple, si j'efface mon calque, Ctrl + Z. Ici, Ajouter une image. Donc, en gros, les fonctions principales du menu déroulant se trouvent ici sous formes d'icônes. Et Ajouter un groupe de calque qui nous permettra de regrouper nos calques. Ici, Ajouter un calque... ... au choix, c'est-à-dire que comme d'habitude on a plusieurs options pour obtenir la même commande, et puis on peut, ici, vous voyez cette petite icône, verrou ou pas. Donc, ici, par exemple, c'est mon étude. Si je prends un pinceau, je clique sur une couleur. Je peux travailler dessus. Par contre, je peux aussi venir à côté. Alors, Ctrl + Z. Et puis si je coche ce petit verrou, par contre, voilà, je ne pourrai intervenir que sur les pixels, on va dire, déjà traités, c'est-à-dire que sur les pixels qui ont fait l'effet d'une pose. Là, où je n'ai rien posé, je ne peux pas intervenir. Donc, en gros, une fois que ma forme est déterminée, ça empêche de dépasser. Et je peux venir travailler les bords en tout confort. Voilà, je ne dépasse pas, et je peux donc même attaquer mon dessin de l'extérieur, c'est-à-dire venir de l'espace vide, et puis donner des signaux qui sont forts, mais qui auront Ctrl + Z lorsqu'ils sont mal placés, mais qui n'auront pas en gros dépassé de la forme définie. Ici, dans la partie non achevée, je ne peux pas m'inscrire sur le bleu puisque ce n'est pas un pixel qui fait partie du dessin que je suis en train de monter. Donc, on coche et on décoche, au besoin, cette icône. Et ici, enfin, on peut désopacifier notre dessin, le faire apparaître. Vous l'avez vu tout à l'heure quand c'était un besoin pour encrage. On fait disparaître gentiment le croquis, et puis on peut poser son encre dessus avec une pleine vision. Voilà, et tous ces calques-là demeurent déformables. On l'a vu tout à l'heure aussi. On peut les étirer, les déplacer, les replacer, et au cas où les désopacifier s'ils sont trop forts. Ctrl, et voilà. Voilà les commandes qui apparaissent par simple pression du stylet ou qui s'offrent à nous par le menu déroulant, et donc un grand confort de travail, un choix de méthode, mais qui aboutit en tout cas à une pratique très très fluide.

Découvrir SketchBook Pro 2018

Faites de SketchBook Pro votre meilleur compagnon pour une pratique nourrie et variée du dessin. Apprenez à concevoir un visuel, des premières étapes jusqu'aux ajustements finaux.

3h34 (40 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
SketchBook Pro SketchBook Pro 2018
Spécial abonnés
Date de parution :21 août 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !